Leadership

Le Leadership par l’exemple

La vérité la plus fondamentale du #leadership : il n'y a pas de mauvaises équipes, seulement de mauvais leaders.

leadership par l'exemple

Le leadership n’est pas réservé à quelque élite. Quelque soit votre âge, votre rôle dans la vie, que vous soyez à la tête d’une entreprise de plusieurs milliers de personnes ou responsable d’une petite équipe, certaines situations exigent du leadership. Lorsque votre entreprise doit faire face à un énorme revers, il doit y avoir des gens qui ouvrent la voie vers la croissance. Lorsqu’une situation difficile éclate dans votre famille, il faut qu’au moins une personne se lève pour rassembler. Lorsque vous répétez avec votre groupe dans votre garage, il faut des rêveurs qui imaginent l’étape suivante. Et ce ne sont pas toujours les personnes situées tout en haut de l’organigramme. C’est d’ailleurs l’un des maux de notre société : toujours attendre d’en haut la solution. Nous sommes tous responsables. Et c’est là que le leadership par l’exemple prend toute sa place.

Il y a des moments dans la vie où vous êtes suiveur et d’autres où vous êtes un leader. Et dans les deux cas, votre attitude est déterminante, car même en position de suiveur, vous devrez exercer votre leadership.

Si vous n’êtes à l’aise qu’en position de direction et que votre attitude change du tout au tout lorsque vous devez suivre les directives d’une autre personne, alors vous n’êtes surement pas un bon leader. Si vous devenez irritable, que vous trainez les pieds et que vous rejetez toute idée en position de suiveur, alors vous avez des efforts à faire dans votre leadership.

Les personnes insécures, parce que c’est de cela qu’il s’agit, sont souvent des leaders médiocres, dirigeant mal et fermées aux idées. Si c’est votre cas et que cet article vous parle, n’ayez pas d’inquiétude : il est possible de changer !

Le leadership par l’exemple

Quand on parle du leadership, la plupart des gens imaginent des postes à responsabilité, des titres et des positions honorifiques. “Un PDG ou un président, c’est un leader“, c’est ce que la plupart d’entre nous supposent à tort. Le leadership est davantage une question de responsabilité que de position ! Je reviendrai là-dessus dans un prochain article mais il vaut mieux être un leader sans management qu’un manager sans leadership ! Surtout pour vos équipes.

“Il vaut mieux être un leader sans management qu’un manager sans leadership”

Stéphane Torregrosa

Le leadership n’est pas lié à ta position dans l’organisation au sein de laquelle tu travailles. Le leadership est un ensemble de traits de caractère que nous pouvons tous cultiver. En fait, je crois que le leadership est un ensemble de compétences essentielles que chaque personne devrait posséder. Contrairement à la croyance populaire, je ne pense pas que les leaders naissent avec une quelconque prédominance.

S’il y a quelques prédispositions qui aident, s’il y a des personnes naturellement plus dominantes et assertives, le leadership ne se limite pas à cela. Je connais d’excellents leaders introvertis et à la voix douce.

Mais comment dirigent-ils ? Comment font-ils pour que les gens les suivent ? Comment faire en sorte que les gens écoutent vos idées ?

En effet, même au sein d’une petite équipe, vous pouvez avoir à gérer des caractères forts aux opinions bien arrêtées. Vous vous retrouvez à jouer le rôle de médiateur au quotidien. Cela prend beaucoup de temps, et même s’il faut consacrer du temps à l’aspect humain au travail, cela peut devenir vraiment épuisant mentalement. Comment amener une dynamique d’équipe et rester positif face à la négativité ? Comment influencer le changement au sein de votre équipe ?

Le leadership ne vous aidera pas à forcer les gens à faire quoi que ce soit. On ne peut pas forcer les gens à nous suivre ou à nous écouter. Dans de telles positions, la plupart des managers haussent la voix ou tapent du poing sur la table. Il en résulte que les plus téméraires se braqueront et que les autres se soumettront dans un climat d’anxiété, avant de vous lâcher à la première occasion.

J’ai eu la chance d’être entouré de très mauvais managers et de connaitre de très bons leaders. Les meilleurs d’entre eux deviennent des mentors, souvent malgré eux. Ils ne vous disent jamais quoi faire, et pourtant, vous apprenez beaucoup à leurs côtés.

Il n’y a qu’une stratégie de leadership qui fonctionne !

Vous ne pouvez donner l’exemple que par l’exemple. Il n’y a pas d’autre moyen efficace d’inspirer les gens.

Si vous voulez que votre équipe soit positive, vous devez l’être. Il en va de même pour votre famille, votre conjoint et vos amis. Le leadership, c’est une question de responsabilité. Deux anciens anciens Navy Seals, Jocko Willink et Leif Babin, transcrivent mieux que quiconque la responsabilité du leader dans leur livre “Extreme Ownership” :

“La vérité la plus fondamentale et la plus importante du leadership : il n’y a pas de mauvaises équipes, seulement de mauvais leaders.”

Extreme Ownership – Jocko Willink et Leif Babin

Si vous pensez que votre équipe craint, alors vous craignez. Peut-être me répondrez-vous : “mais je n’en suis même pas le leader ou le manager !” Les gens se cachent souvent derrière cette excuse. Et alors ? Vous vous souvenez quand plus haut nous disions que le leadership n’a rien à voir avec les titres ?

Si techniquement vous n’êtes peut-être pas le leader de votre travail, de votre famille ou de votre groupe d’amis, vous pouvez quand même donner le bon exemple.

Comment donner le bon exemple ?

Voici comment j’essaie de vivre personnellement :

Je n’attends des autres que ce que j’attends de moi-même. Je ne demanderai jamais de faire quelque chose que je ne fais pas, de faire le pas que je ne fais pas, de tenir la distance que je ne peux m’engager à tenir. Tous les articles de ce blog sont le reflet de mon parcours, de ce que j’apprends, avec plus ou moins de facilité, et parfois même ma propre psychanalyse !

Je ne suis pas abouti, j’ai quantité de choses à apprendre. Je suis un “Work in Progress” et mes articles et mes cours sont basés sur mes actions et mes résultats réels. Les attentes que je développe à mon égard, je les recherche également chez les gens avec lesquels je travaille. Parfois moins, jamais plus.

Quand les choses tournent mal, j’essaie de rester calme. La vie n’est rien d’autre qu’une série de problèmes résolus ou en phase de le devenir. Cela signifie que nous sommes constamment confrontés à des défis, à des problèmes et à de mauvaises situations. Il est important que vous restiez calme et que vous preniez le temps de réfléchir. Si possible, ne prenez pas de décisions rapides. Quand vous restez calme, les autres auront tendance à l’être également.

Quand vous merdez, admettez-le. Je le clame à mon équipe : “On a le droit de se tromper” et on l’applique. Les conséquences sont rarement graves et même si elles le sont, cet adage doit rester vrai. C’est rassurant pour chacun d’entre nous et je ne veux surtout pas d’un climat anxiogène où chacun aura tendance à cacher ses erreurs.

Et comme je ne suis pas parfait, je sais que mon équipe pourra m’appliquer cette formule le jour où je ferai une erreur. Et ça arrive.

Le savant mélange de responsabilité et de bienveillance permet de créer une atmosphère de travail saine.

Cela ne veut pas dire qu’on ne parle pas de nos erreurs, qu’on analyse pas ce que nous aurions pu mieux faire et que nous n’en tirons pas des leçons. Seulement, il faut le faire dans une atmosphère sereine, où chacun sait qu’il ne va pas se faire cribler de reproches. On laisse les égos de côté et la rancune au placard. Nos erreurs et nos échecs ne nous caractérisent pas.

Soyez clair sur vos valeurs. Si vous souhaitez amener votre leadership par l’exemple, il faut que l’on connaisse vos valeurs … et que vous les appliquiez vous mêmes. Par exemple, en tant que marketeur, je refuse de biaiser la vérité, je rejette les plans pas clairs et mes articles sur le marketing surprennent parfois. Néanmoins, les gens qui me rejoignent le font à cause de mes valeurs. Je n’aime pas non plus les personnes qui ne tiennent pas leurs engagements, sur lesquelles on ne peut compter. On ne peut pas bâtir ensemble. Faites connaître vos valeurs. Les gens doivent vous prendre au sérieux.

On ne change pas les gens, mais on peut les inspirer

Je respecte les autres et je n’essaie pas de les changer ou de leur dire quoi faire. C’est impossible de changer les gens par la contrainte. Ils feront des efforts durant un temps mais ne tiendront pas sur la durée. On ne peut que se changer soi-même (et même cet exercice n’est pas toujours aisé).

Par contre, je peux donner le bon exemple et c’est le meilleur moyen d’inspirer ceux qui nous entourent. Parfois cela ne fonctionne pas ou prend plus de temps. J’accepte cela.

Ce sont les leçons que j’ai apprises en étudiant des leaders de tous les horizons : des chefs d’entreprise dans des secteurs très variés aux leaders religieux.

Le plus important, n’est pas de changer les autres, c’est de nous changer nous-mêmes. Je connais mes failles, mes défauts, mes insécurités. Je suis loin d’être le meilleur des leaders, je fais plein d’erreurs et j’apprends. Mais lorsque je change, les autres peuvent se sentir inspirés à faire de même. C’est la raison pour laquelle je partage facilement mes failles et mes erreurs sur ce blog. Vous l’aurez remarqué si vous êtes un habitué de ces pages.

Quand je reçois des commentaires de mes élèves ou de mes lecteurs sur le fait qu’ils ont été inspirés et que cela les a conduits à un changement dans leur vie, je suis heureux pour eux.

“Hello Stéphane! J’ai appris ton existence en me renseignant sur les autodidactes. J’ai pris la décision hier d’arrêter mon école de commerce qui ne m’apprend rien de plus que ce que je ne savais déjà, et c’est une grosse étape car je prends le risque de ne pas pouvoir inscrire le St Graal “Master” sur mon CV haha. Ton parcours est très inspirant ! Je sais que le chemin sera long, mais je suis motivée.”

Une lectrice de ce blog

Mais si certaines personnes ne changent pas ? C’est probablement une meilleure nouvelle que vous ne le pensez. Vous ne voulez pas être avec elles, vous ne voulez pas bâtir des choses importantes avec elles, vous ne voulez pas faire votre vie avec elles. Le leadership par l’exemple, c’est aussi une question de sélection !

Ecrit par Stéphane Torregrosa
Stéphane Torregrosa convertit vos défis marketing en opportunités avec des résultats mesurables. Il est consultant en Webmarketing, spécialisé en Inbound Marketing, conseiller en communication, blogueur et conférencier. Il vous accompagne dans la mise en place de votre stratégie Web, dans la création de contenu, pour donner de la visibilité à votre organisation. En ligne depuis 1996 et la distribution des premiers CD AOL dans les magazines informatiques, il ne s'est jamais vraiment déconnecté depuis ! Son papa lui a communiqué la passion des Comics Book, du dessin et de la photographie. Profile
La prison dorée de la zone de confort 1

La prison dorée de la zone de confort

Stéphane Torregrosa dans Leadership
  ·   2 min de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.