Le contenu est roi.

Et le marketing de contenu en 2018 reste une méthode efficace et rentable pour engager la conversation avec les prospects et les clients, pour développer la notoriété de la marque et contourner l’utilisation croissante des bloqueurs de publicités. Et tout ceci sur le long terme ! Contrairement au CPC dont le bénéfice s’arrête dès lors que vous ne payez plus, le Content Marketing produit des résultats sur le long terme. Il se bonifie, comme le bon vin.

Qu’il s’agisse d’une information via votre newsletter, d’une publication sur les réseaux sociaux ou d’un article de blog sur votre site ou celui de quelqu’un d’autre, ceux qui voient votre contenu sont ceux qui veulent le voir. Ils l’acceptent. Parce que c’est l’utilisateur lui-même qui clique sur le lien. Il n’ y a pas de risque d’importuner ou de finir dans le tragique dossier “courrier indésirable”.

Tapez “content marketing” sur Google et vous découvrirez des millions de résultats (52 600 000 au moment où j’écris ces lignes). Des définitions, des guides pratiques, des tutoriels, des études de cas, ebooks, etc pullulent sur le sujet. Vous pouvez rapidement et facilement comprendre les rouages du marketing de contenu en parcourant les nombreux blogs qui en parlent. La plupart des agences proposent des guides avancés ou des tutoriels étape par étape, permettant à tous de saisir, d’expérimenter et éventuellement maîtriser l’art subtil du content marketing.

Par contre, lorsque vous vous lancerez, vous allez rencontrez certains écueils. Cela nous arrive tous. Malheureusement, ces nombreux guides, aussi complets soient-ils, traitent rarement des différentes sources d’échec. La seule chose que vous ne rencontrerez pas souvent dans ces millions de liens : pourquoi votre marketing de contenu ne fonctionne pas. On en vante les mérites, moins ce qui pourrait ne pas réussir.

La réussite du Content Marketing, ce n’est pas du trafic, des clics, des likes, des partages et des retweets. Disons que ces éléments sont la partie vaniteuse du marketing de contenu, celle qui vous fait sentir bien et vous encourage lorsque vous manquez d’idées et d’envie pour créer de nouveaux contenus.

Néanmoins, ces mesures restent importantes pour déterminer vos articles les plus populaires, comprendre qui est votre audience et ses attentes.

Le marketing de contenu est un travail sur le long terme et le travail le plus compliqué démarre lorsque vous cliquez sur le bouton de publication. Il faut diffuser votre article et vous assurer d’atteindre, non pas la masse, mais les bonnes personnes.

Comment savoir quand ce n’est pas le cas ?

Nous allons définir ensemble les signaux importants qui devraient vous alerter quand les choses ne se déroulent pas comme elles devraient.

Les bases du Content Marketing

Mais avant d’en arriver là, passons en revue quelques notions de base. Si vous êtes un habitué de ces pages, passez au point suivant !

Si vous ne deviez retenir qu’une chose au sujet du marketing de contenu,  que ce soit ceci : écrivez votre stratégie ! Soyez explicite, détaillé et clair au sujet des objectifs, des tactiques, des canaux et de la façon dont vous mesurerez la réussite.

Soyez certain de savoir mesurer le rendement de vos efforts et investissements. Assurez-vous que vous et tous les membres de votre équipe connaissiez et compreniez les tenants et aboutissants de votre stratégie.

À quelle fréquence votre équipe marketing se réunira-t-elle ? Les plus efficaces se réunissent régulièrement pour évaluer et apporter des ajustements si nécessaire. Le marketing de contenu n’est pas quelque chose que l’on met en place et que l’on oublie.

Ciblez vos clients idéaux. Segmentez votre audience. Effectuez des tests A/B. Surveillez vos efforts. Créez un contenu “evergreen”, qui ne vieillit pas et ne deviendra donc jamais obsolète. Mesurez le retour sur investissement pour maximiser votre budget. Jetez un oeil sur vos concurrents pour voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce que les autres font et ne font pas. Ne reproduisez jamais les actions de vos concurrents sans vraiment étudier qu’elles vous correspondent vraiment.

Dans son rapport annuel 2018 sur le marketing de contenu, CMI a découvert que seulement 38 % des entreprises B2C disposent d’une stratégie documentée. C’est vraiment très peu.

Stratégie Content Marketing

Développez et mettez en pratique votre stratégie. Ce simple petit atout vous fera surpasser 62% de la concurrence.

Diversifiez vos canaux et la façon dont vous interagissez avec votre audience. La même étude rapporte que les spécialistes du marketing B2C :

  • utilisent en moyenne cinq plateformes de réseaux sociaux, Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube et Instagram étant les cinq principaux choix.
  • utilisent quatre canaux pour la distribution. Les réseaux sociaux, les courriels, les articles de blog, les événements publics et le print sont les cinq formats les plus populaires.
  • utilisent en moyenne cinq types de contenu différents, parmi lesquels les publications sur les réseaux sociaux, les vidéos, les illustrations/photos, les infographies et les outils interactifs comme des jeux-concours par exemple.

Les articles pour réussir votre content marketing sont nombreux. Ce blog en recense plusieurs dizaines. Lisez-en quelques-uns jusqu’à bien saisir les grandes lignes. Il y a d’excellents livres dans ce domaine également.

Il y a quelque temps, ma fille jouait sur son smartphone. Une page de pub est venu casser son moment de détente. Elle m’a regardé, comme si tout le poids de ce dérangement reposait sur mes épaules de marqueteur en disant : “Vous pensez vraiment qu’on va acheter vos trucs alors qu’on est dérangé dans ce qu’on fait ?” Nous devons cesser d’interrompre ce qui intéresse les gens et devenir ce qui les intéresse.

Maintenant, comment savoir si vous êtes sur la mauvaise voie et que vous courez vers l’échec ?

Suivez les 5 indicateurs suivants !

1- Vous attirez des personnes qui ne deviendront pas vos clients

Pensez à ce scénario hypothétique : vous lancez une campagne de contenu importante, avec des articles de blog relayés sur les médias sociaux, des vidéos et des infographies, pour promouvoir le lancement de votre nouveau produit.

Le tout est agrémenté d’un Call to action qui invite les gens à un essai gratuit de 7 jours. Ils cliquent sur le bouton CTA, sont dirigés sur une page d’accueil bien conçue et s’inscrivent.

C’est une victoire incontestable du marketing de contenu, n’est-ce pas ?

Faux. C’est éventuellement une victoire. Pour que cela soit le cas, il est nécessaire que les personnes qui s’inscrivent soient celles qui sont susceptibles d’acheter. Les chiffres seuls ne répondent pas à cette question. En tout cas, pas les chiffres correspondant à l’engagement. Même s’il s’agit d’un taux de conversion insensé de 60%, cela n’ a pas de sens si les gens qui s’inscrivent ne sont pas les bonnes personnes. Mettez en parallèle le taux de conversion avec le chiffre d’affaire. Une poussée du nombre de leads doit forcément entrainer une hausse des ventes.

Sinon, qui sont les “mauvaises” personnes ? Je vous rassure, elles ne sont ni mauvaises, ni mal attentionnées, juste mal ciblées. Chaque utilisateur qui ne fait pas partie de votre coeur de cible ne fera que gonfler votre base de données sans jamais augmenter votre chiffre d’affaires. Ces personnes peuvent être intéressées par votre contenu pour diverses raisons – recherche, curiosité, formation – mais elles ne sont pas nécessairement intéressées par votre produit ou service.

Maintenant, loin de moi l’idée de suggérer que vous ne devriez jamais viser en dehors de votre cible. En effet, cela permet parfois d’étoffer, d’élargir sa cible, d’asseoir son expertise et de gagner en visibilité. Il y a les clients que nous avons, ceux que nous imaginons et ceux que l’on imagine pas. Donc, il peut être bon d’effectuer des tests en dehors de votre zone connue. Parfois, vos meilleurs clients sont ceux que vous n’envisagez même pas en ce moment.

De plus, il y aura toujours une partie d’utilisateurs qui s’enregistrent et n’effectuent aucune action derrière. Sur ce blog, nombre d’étudiants en marketing viennent puiser des conseils. Les gars, je vous apprécie énormément et continuez à lire ces pages et à m’inspirer par vos retours ! Maintenant, je sais aussi qu’ils ne seront pas mes clients … pas dans l’immédiat en tout cas. Il y a aussi mes concurrents qui m’espionnent (on le fait tous, pas d’inquiétude).

Nous pourrions parler des journalistes également. Il peut être malin d’écrire du contenu à leur attention. S’ils ne sont pas directement notre coeur de cible, ils peuvent nous apporter une visibilité exceptionnelle. Ne les négligez pas si votre secteur d’activité peut les intéresser.

Donc, si vous arrivez à des taux de 50, 60 ou 70 % d’utilisateurs mal ciblés (mauvais emplacement géographique, secteur d’activité, profession, niveau de revenu, centres d’intérêts ou autre), alors quelque chose ne va pas. Si la majorité de ceux qui s’inscrivent à votre newsletter, qui téléchargent un contenu protégé ou participent à un test gratuit ne s’engagent pas dans un acte d’achat (ou l’objectif qui est le votre), alors votre content marketing ne fonctionne pas.

Content marketing personas

Avant d’écrire une seule ligne de billet de blog ou d’envoyer un seul tweet, vous devez être parfaitement clair sur votre client idéal. Apprenez à le connaître. Vous avez sans doute entendu parler de l’importance des personas. Créez et utilisez-les pour guider vos efforts de contenu. Faites cela, et la probabilité que des prospects mal qualifiés atteignent votre contenu diminuera de façon exponentielle.

Pourquoi ? Parce qu’un persona détaillé vous permet de penser votre contenu spécifiquement pour lui : ses désirs, ses besoins, ses problèmes, ses valeurs et plus encore.

Si vous débutez, cela peut paraitre un peu  difficile. Toutefois, si vous avez des clients existants et des datas sur les ventes réalisées, vous pouvez déjà vous concentrer sur les meilleurs d’entre eux. Pour trouver votre client idéal :

  • Trouvez vos clients les plus rentables.
  • Identifiez les personnes qui font partie de ce groupe.
  • Définissez les traits de caractères et les caractéristiques communs à ce petit groupe.
  • Créez un persona client à partir de ces données.

Votre client idéal est celui qui est le plus rentable. Créez du contenu pour lui. Partagez-le sur les plates-formes qu’il ou elle utilise et passe le plus de temps.

Les réseaux sociaux ont généralement des outils d’analyse intégrés, comme Twitter Analytics ou le tableau de bord de Facebook, qui peuvent vous aider à définir vos clients idéaux.

Si vous visez les hommes français de plus de 50 ans et que votre rapport d’analyse démontre que la plupart de vos visiteurs sont des femmes de moins de 25 ans et originaires de Belgique, toutes ces conversions – inscriptions, téléchargements ou autres – ne vont probablement pas avoir d’impact sur votre chiffre d’affaires.

Plus vite vous le saurez, plus vite vous pourrez effectuer les ajustements nécessaires. Si les mauvaises personnes s’inscrivent ou téléchargent vos ressources, vous devez changer de direction. Et rapidement.
Sachez précisément qui vous visez et donnez-leur exactement ce qu’ils veulent et où ils le veulent. Ensuite, surveillez tout ça pour vous assurer que vos prospects avancent et ne vous oublient pas.

2- Vous obtenez des Backlinks incompatibles avec votre cible

Les backlinks sont importants pour l’optimisation de votre SEO. En fait, beaucoup auraient même tendance à dire que les backlinks sont la clé du succès de votre référencement. Des backlinks de qualité provenant de sites respectés représentent un indicateur qui informe Google que votre contenu est valable, utile et vaut la peine d’être lu. C’est un très gros indice de confiance.

Et cela peut se traduire par un grand saut dans les SERPs. Plus vous vous rapprochez de la place tant convoitée de leader sur votre mot clé, plus il y a de chances que quelqu’un clique sur votre lien. Logique. En augmentant le trafic, vous augmentez également le nombre de prospects qualifiés, et par rebond votre chiffre d’affaires. Google est heureux, les utilisateurs sont heureux, et si tout ce petit monde est heureux, vous finissez par l’être également.

Backlinks et SEO vont de pair. Mais les backlinks peuvent également vous avertir si quelque chose ne va pas avec votre content marketing.

Imaginez si votre rapport de backlinks est truffé de sites Web que votre cible ne visite jamais. C’est un bon ou mauvais signal ?

Backlinks

Cela dépend de vos critères en fait. Si ces sites sont des sites de qualité, ces backlinks vont quand même participer à booster votre SEO. C’est déjà très bien.

Cependant, cela peut amener votre contenu à ne pas avoir de résonance auprès de votre coeur de cible. Et là pour le coup, c’est plutôt négatif. Après tout, votre contenu, c’est un peu votre façon de vous présenter, d’être trouvé, mais aussi d’éduquez vos leads sur vos produits et services et de les persuadez d’investir en vous.

S’ils manquent cette étape, vous échouez. C’est la différence entre le fait de laisser un dépliant sur des centaines de pare-brise sur le parking d’un centre commercial et la remise en main propre à des clients potentiels dont vous savez qu’ils sont plus enclins à profiter de ce que vous avez à offrir.

Heureusement, la réalisation d’un audit de backlinks est rapide et accessible à tous. Il existe de nombreux outils pour vous aider.

Pour obtenir une liste des liens pointant vers votre site, connectez-vous à Google Search Console. Cliquez sur “Trafic de recherche” dans le menu de gauche, puis sélectionnez “Liens vers votre site”. Vous obtiendrez un rapport de base avec le nombre total de liens et les sites qui créent le plus de liens vers votre contenu.

Une fois que vous obtenez ce rapport, vous allez pouvoir dessiner une cartographie des sites qui pointent vers le votre. Pour cela, les noms de certains sites devraient déjà vous éclairer sur leur thématique. Peut-être en connaissez-vous déjà quelques-uns. Quant aux autres, il faudra certainement les évaluer en les visitant.

Cependant, pour une analyse plus détaillée, vous devriez essayer un outil dédié au SEO et aux liens :

Si vous ciblez  les récents diplômés universitaires et que vous recevez des liens depuis des caisses de retraite (ok, l’exemple est totalement tiré par les cheveux), il y a un gros décalage de ciblage. Vous ne produisez certainement pas le bon contenu pour communiquer avec ceux qui entrent tout juste sur le marché du travail.

Si vous faites bien votre travail et que vous suivez ce blog régulièrement, vous devriez avoir des personas détaillés. Nous en avons parlé un peu plus haut. Vous devez savoir non seulement qui sont vos clients idéaux, mais aussi ce dont ils ont besoin et où ils le trouvent. Si vous attirez trop de gens qui ne rentrent pas dans les critères de vos personas, vous aurez du trafic mais certainement pas de croissance.

Les sites qui vous envoient du trafic sont un indicateur de l’identité de votre contenu. Si vous visez des professionnels, mais que la plupart de vos liens proviennent de sites légers, mal conçus ou humoristiques, alors arrêtez et revoyez votre stratégie. Le nombre de liens est beaucoup moins importants que leur qualité.

Analysez votre cartographie de backlinks. Assurez-vous que la plupart d’entre eux proviennent de sites que votre public cible pourrait fréquenter pour augmenter votre visibilité auprès d’eux.

Sinon, réévaluez. Changez de méthode. Créez plus de contenus répondant à ce qu’ils recherchent, ce dont ils ont besoin et ce qu’ils désirent. Alignez votre contenu sur le profil de vos clients.

3- Personne ne partage votre contenu

Je vous ai dit au début de cet article que les partages et les like sont des mesures un peu vaniteuses, de celles qui font gonfler la tête et les chevilles. C’est vrai. Mais tout de même, il y a un point important là-dedans :

Le contenu de qualité est partagé !

Si les gens lisent votre contenu mais ne le partagent pas, soit vous ne produisez pas du contenu de qualité suffisante, soit vous ne le diffusez pas au bon endroit, et votre marketing de contenu échoue.

Cela concerne également le marketing d’influence. Si vous créez suffisamment de contenu d’excellente qualité, des influenceurs de votre secteur finiront par partager ce contenu. Sinon, il y a un problème.

Pensez à votre propre comportement en ligne. Lorsque vous lisez un article de blog, une infographie ou une vidéo de qualité ou divertissant, vous le partagez avec vos followers, vos amis et votre famille. C’est presque automatique, n’est-ce pas ? Chaque plateforme offre cette capacité d’échange. Des outils tiers comme Hootsuite et les plugins de partage rendent cela encore plus facile et pratique.

Nous consommons le contenu et nous le partageons instinctivement. Parfois, même sans l’avoir lu, on partage un article dont le titre ou l’image nous a attiré. Sérieusement, nous l’avons tous fait au moins une fois. Soit parce que nous avons une confiance aveugle dans celui qui l’a posté, soit à cause d’une grosse crise de flemme.

Vous avez vraiment besoin que votre contenu soit partagé.

Chaque fois que vous créez quelque chose, vous souhaitez que cela devienne viral. Ce genre d’exposition est le rêve de tous marketeurs et créateurs de contenu. Le partage social régulier augmente votre exposition de façon exponentielle. Un retweet met votre contenu devant un tout nouveau public que vous ne touchez peut-être pas par vous-mêmes. Les gens parlent de vous et de votre marque. Et le cycle se répète si une seule personne de ce nouveau groupe le partage à nouveau, et ainsi de suite.

Donc, mesurez régulièrement le nombre de partages de votre contenu sur les différents réseaux sociaux.

Des outils tels que Hootsuite vous aideront à surveiller vos mentions sur les médias sociaux. Google Alerts peut vous avertir lorsque votre nom, celui de votre entreprise ou les mots-clés que vous surveillez sont utilisés sur internet. Likealyzer, de Meltwater, analyse votre page Facebook et vous donne des recommandations. Snaplytics fournit des données sur Snapchat et Instagram. BuzzSumo vous montre comment le contenu de votre site Web se comporte sur les médias sociaux. Google Analytics … non je ne vais pas vous faire cet affront, vous le connaissez très bien. Néanmoins, je remarque que mes clients ne pensent pas toujours à analyser les sources de trafic et notamment celui provenant des réseaux sociaux.

Hootsuite content marketing

Ce n’est pas le meilleur contenu qui gagne. C’est le meilleur contenu et le mieux promu qui gagne. C’est un fait. Vous pouvez livrer votre meilleure copie, si vous n’en faites pas correctement la promotion, alors c’est perdu d’avance.

Plus de partages, plus d’actions pour gagner en visibilité vous apporteront plus d’exposition. Plus d’exposition, plus de leads. Plus de leads, plus de conversions. Alors, faites tout ce que vous pouvez pour augmenter le nombre de partages sur les réseaux sociaux :

  • Produisez uniquement du contenu de qualité et d’une valeur élevée. Ne partagez rien d’autre que ce que vous avez de mieux à offrir. Personne n’a envie de partager quelque chose qu’il ne considère pas de valeur. C’est de son image dont il est question.
  • Passez plus de temps sur votre titre que sur le reste de l’article. Votre titre doit les accrocher et les forcer à cliquer, lire ou regarder.
  • Écrire sur des sujets à la fois pertinents et opportuns. Quelles sont les tendances dans votre secteur ?
  • Essayez des outils comme Click-To-Tweet et une barre de partage déroulante comme AddThis ou Monarch pour éliminer les frictions et permettre à vos lecteurs de partager ce qu’ils veulent et quand ils le veulent. Rendez votre contenu facile à partager grâce aux boutons de partage situés en haut et/ou sur le côté et/ou en bas.
  • Demandez-leur de partager. Vraiment, rappelez-leur de partager votre contenu. Souvent les lecteurs ne réagissent pas à votre contenu parce que vous ne demandez rien !
  • Utilisez des visuels convaincants. Nous connaissons tous le pouvoir des images, des logos, des infographies, des gifs animés, etc.
  • Créez un contenu evergreen. Ecrivez la majorité de vos articles (en dehors des articles d’actualité) pour qu’ils soient toujours frais dans six mois. N’hésitez pas non plus à rafraichir des articles plus anciens. Google et vos lecteurs aiment ça.

Augmenter vos partages, et donc votre visibilité, doit faire partie des priorités de votre stratégie de marketing de contenu, et ceci quels que soient vos objectifs.

4- Vos leads ne parlent pas de votre content marketing

Dès que la pompe à contenu est amorcée et que les premiers leads réagissent à votre contenu et s’engagent avec votre marque, vous allez pouvoir commencer à enquêter. Prenez le temps de leur demander où et comment ils ont entendu parler de vous, de votre marque et de vos produits.

Il peut s’agir d’une simple question dans votre newsletter ou votre marketing automation, lors d’un entretien téléphonique, d’un sondage en ligne ou encore d’un champ à remplir sur un formulaire d’adhésion. “Comment avez-vous entendu parler de nous ?” est une question pertinente et qui vous donnera des informations indispensables.

Les réponses devraient être variées si vous avez diversifié vos efforts marketing. Certains pourraient répondre qu’il s’agit de la recommandation d’un ami ou d’une recommandation en ligne, tandis que d’autres pourront avoir cliqué sur une annonce CPC, lu un article de journal ou recherché votre mot-clé ciblé sur Google.

Mais j’espère également que certains d’entre eux parleront de votre contenu. Dans un monde parfait, ils l’évoqueront sans aucune sollicitation de votre part, en choisissant de mentionner à quel point ils ont aimé votre billet de blog sur tel ou tel sujet, ou à quel point ils ont trouvé utile votre infographie, etc. C’est alors que vous avez la certitude que votre content marketing fonctionne. Lisez (et répondez) aux commentaires sur votre blog.

Les raisons de l'échec du content marketing

Un contenu de qualité avec une promotion de qualité devrait susciter des commentaires de qualité (et non sollicités).

“Ce que vous faites après avoir créé votre contenu, c’est ce qui compte vraiment.” Gary Vaynerchuk

Si aucun de vos leads ne parle de votre contenu, c’est  carton rouge ! Si aucun d’entre eux ne mentionne votre blog, votre chaine Youtube ou autre, c’est un signal extrêmement mauvais.

Questionnez vos leads. Et si tout le monde vous parle de tout et n’importe quoi, mais jamais de votre contenu, alors vous savez que vous devez retourner réfléchir à votre stratégie. N’arrêtez pas ce qui fonctionne, bien sûr. C’est génial que le bouche-à-oreille vous apporte de nouveaux clients par exemple. C’est un bon signe. Mais n’arrêtez pas le marketing de contenu pour autant. C’est une tactique trop lucrative pour la laisser échouer si lamentablement.

Peut-être manquez-vous votre cible. Trop d’entreprises écrivent sur elles-mêmes, ce qui laisse leur audience totalement indifférente. Posez-vous la question : de quoi ont le plus besoin mes clients ? De quoi parlent-ils, sur quels sujets débattent-ils ? Comment puis-je améliorer / simplifier / améliorer leur vie ?

Une autre façon de trouver ce que vous pourriez offrir comme contenu à vos clients : si l’argent n’était pas un problème, que pourriez-vous leur apporter ?

Répondez à ces questions, empruntez de nouveaux sentiers de création et vos leads et clients parleront de votre contenu.

5- Vos clients potentiels veulent ce que vous ne pouvez pas leur offrir

La génération de leads est un élément majeur pour la survie de toute entreprise. Un flux régulier de prospects arrivant tout en haut de l’entonnoir de vente assure un flux régulier – quoique moins important – de clients et d’ambassadeurs de marque qui ressortent en bas de l’entonnoir.

Entonnoir achat inbound marketing

Mais tous les leads ne sont pas égaux.

Imaginez ce cas : les leads qui vous rejoignent vous posent des questions sur des problèmes que vous n’êtes pas en mesure de résoudre ou des actions que vous ne pouvez réaliser pour eux. Ils ont des attentes que vous ne pouvez pas combler. Il peut arriver de temps à autre qu’une demande soit peu en rapport avec ce que vous faites. Cela n’est pas forcément une anomalie. Les gens ont parfois des demandes farfelues. Mais si cela se produit trop régulièrement, alors votre contenu est probablement en tort.

Quand les demandes affluent concernant un service ou un élément que votre produit ne rend pas, c’est souvent un indicateur que la thématique de votre contenu est trop éloignée de ce que vous proposez.

Si vous êtes dans le domaine de la gestion de la sécurité informatique pour les entreprises, vous devriez écrire sur la sécurité. Si au lieu de cela, vous produisez du contenu de qualité sur l’informatique hardware, ne vous étonnez pas si vos leads vous demandent des choses que vous ne proposez pas. Produisez du contenu sur votre domaine d’expertise. Evitez de trop déroger à cette règle, au risque d’envoyer un message confus à vos utilisateur … mais aussi à Google.

Si les prospects posent des questions trop éloignées de votre secteur d’activités, il y a de fortes chances que vous ne proposiez pas le bon contenu pour votre entreprise. Cela peut également être lié à un mauvais référencement dans des annuaires de recherche. Mais vérifiez tout de même votre marketing de contenu. Le marketing de contenu est censé vous présenter comme un expert et une autorité dans votre domaine. Il est censé initier une discussion entre vous et ceux qui ont besoin de ce que vous proposez.

Dans vos efforts de contenu, ne vous en tenez qu’aux sujets et sous-thèmes qui sont directement liés à votre produit ou service. N’écrivez que sur ces sujets, et si d’autres plus éloignés vous passionnent alors ouvrez un autre blog ! Parlez, partagez, commentez et engagez-vous uniquement dans ces domaines.

Tout le reste n’est que du bruit.

“Le marketing traditionnel parle aux gens. Le marketing de contenu parle avec eux.” ~Doug Kessler

Conclusion

Peu de trafic ? Pas de clics. Aucun lead ? Pas de retour sur investissement. Ce sont quelques raisons courantes pour lesquelles votre marketing de contenu peut ne pas fonctionner. Elles sont facilement identifiables et relativement simples à corriger.

Mais le marketing de contenu peut échouer pour des raisons parfois moins évidentes ou plus techniques. C’est votre travail de surveiller, analyser et gérer tout ce qui étouffe vos efforts de création de contenu.

Les cinq thèmes abordés ici sont loin d’être exhaustifs. La liste des soucis potentiels est longue. Restez vigilant.

A vous de jouer. Avez-vous identifié d’autres sources d’échec ? Quel problème avez-vous déjà rencontré dans votre marketing de contenu ? Quels indicateurs sont pour vous les plus pertinents ? Et s’il-vous-plait, partagez cet article tout autour de vous !

Share This

Un coup de pouce ?

Si l'article vous a plu, partagez-le !