Leadership

Vous êtes passionné ? Vraiment ?

Vous êtes passionné ? Vraiment ? Comment mesurez-vous la passion qui vous anime dans vos projets ? #Leadership

Vous êtes passionné

J’aime les gens passionnés, ceux qui peuvent parler durant des heures d’un sujet sans jamais en dévier, sans jamais s’excuser, ceux qui, emportés par leur élan, en oublient les conventions sociales et l’ennui qu’ils peuvent provoquer chez leur interlocuteur.

En réalité, les gens passionnés sont comme des aimants. Ils ont cette capacité de ne jamais laisser indifférent : ils attirent ou repoussent de façon très tranchée.

Cependant, avec le temps, je réalise que les vrais passionnés sont rares. Bien sur, il nous arrive tous, lors d’une conversation enflammée, de proclamer haut et fort combien nous sommes passionnés de musique, de cuisine, de politique, d’écriture, de cinéma et autre passe-temps compulsifs et incontournables. Mais à quel point le sommes-nous réellement ?

Comment mesure t-on la passion ?

Existe t-il un maître étalon capable de mesurer le degré de passion de quelqu’un ? Avouez que cela serait très pratique, notamment lors d’un entretien d’embauche. Combien de candidats passionnés sur leur CV deviennent des employés lassés au bout de quelques semaines ?

Et cela m’interroge sur ce qui m’anime réellement. Suis-je passionné ? Si oui, par quoi ? Et tout d’abord, qu’est-ce que la passion ? Le Larousse nous présente la définition suivante : “État affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un” ou “Un penchant vif et persistant”.

À l’analyse de cette définition, les plus jeunes d’entre nous s’exclameront : “Wesh, c’est du lourd !” Et ils auront bien raison. La passion, ça n’est pas consacrer un peu de temps par-ci, par-là, c’est une attraction intense qui domine la raison !

Voici comment je mesure mon degré de passion (attention, punchline !) :

On mesure la passion pour une discipline au temps qu’on lui consacre lorsqu’on n’est pas obligé de le faire.

Je m’explique. Admettons que je joue dans un groupe. Je suis guitariste. En soirée, je parle sans cesse du fait que je suis musicien, que je suis passionné, que je joue dans un groupe, etc. Cependant, si je ne joue que lors des répétitions ou la veille pour me préparer, je ne suis pas passionné. Si je passe plus de temps sur ma console de jeux que sur ma guitare, alors je suis davantage passionné par le jeu que par la musique. Ca n’est pas grave en soi, mais ça remet nos priorités en perspective.

Je postule à un poste de Community Manager et je déclare être passionné par les réseaux sociaux. Or, si la passion ne s’exprime que par le fait de scroller les publications Instagram et Facebook, je ne suis pas réellement passionné. Par contre, si je passe du temps à me documenter sur les stratégies à déployer, si j’analyse vraiment ce que font les meilleurs et que je tente de le reproduire, alors il y a un frissonnement de passion dans l’air.

L’excuse du manque de temps ne tient la route que si votre temps consacré à Netflix et les réseaux sociaux est proche du néant. La passion surpasse toujours la procrastination ! Un passionné investit du temps au-delà du raisonnable.

Je suis toujours abasourdi du temps que je perds dans des futilités au détriment de ce qui m’intéresse vraiment (soit disant !)

La passion, ça va, ça vient.

Tout comme l’amour ne dure pas toujours si les sentiments ne sont pas alimentés régulièrement de pensées nouvelles, la passion n’est pas éternelle.

Certains domaines qui me passionnaient étant jeune me laissent aujourd’hui doucement indifférent. “Avec le temps va, avec le temps va, tout s’en va” disait le poète.

Si je tiens à conserver ma passion pour l’écriture, alors j’ai intérêt à écrire régulièrement. Je ne dois pas attendre une occasion particulière ou d’avoir quelque chose de pertinent à dire, juste écrire pour le plaisir.

Alimenter sa passion, c’est aussi explorer de nouveaux territoires de notre discipline. Alimenter sa passion, c’est apprendre. Encore et toujours.

Si je reprends l’exemple de la guitare utilisé plus haut, il est évident que si je ne développe pas de nouvelles techniques, si je n’apprends pas, mon affection pour mon instrument va se dissiper pour faire place à l’ennui. Et si je m’ennuie ? Alors je procrastine !

Enfin, alimenter sa passion, c’est enseigner. Transmettre ce que l’on sait réactive souvent notre passion. Lorsque j’apporte un cours ou une conférence de communication, marketing ou de leadership, cela a toujours un effet enthousiasmant. Cela me rappelle à quel point j’aime ce que je fais et combien j’aime en parler.

La passion, c’est quand ton activité est capable de surpasser la procrastination sur Netflix, les jeux vidéo et/ou les réseaux sociaux.

Passion utile, passion futile ?

Néanmoins, toute passion est-elle vraiment utile ? Faut-il l’alimenter coûte que coûte ? Non, évidemment. Je vous rappelle la seconde partie de la définition du Larousse : “Un penchant vif et persistant”.

Si votre passion ne tend pas à vous rendre meilleur, il faut tailler dans le vif et passer à autre chose. Evidemment, puisqu’il s’agit de passions, il n’est pas évident d’en sortir seul. Aussi, si vous avez des penchants compulsifs, faites-vous accompagner dans votre démarche de changement. Voilà, ça c’est pour l’aspect négatif de la passion.

Néanmoins, il faut aussi passer ses hobbies et ses passions sous le prisme de vos objectifs de vie. S’ils vous en détournent, alors là encore, il faudra certainement trancher avec vos habitudes. Si l’un de mes objectifs de vie est de courir un marathon et que ma passion est le jeu vidéo, il y a comme un fossé entre les deux qui risque de me coûter mon rêve. Si je souhaite devenir un entrepreneur à succès et que je suis passionné de musique, il me faudra veiller à ce que la passion ne l’emporte pas sur mon rêve.


Soyez passionnés. Que vos passions alimentent vos rêves et que vos rêves se concrétisent. La passion, c’est le fuel qui vous permettra de dépasser les moments difficiles, ceux où l’on est tenté d’abandonner. La passion est souvent la clé de la détermination.

Et vous, qu’est-ce qui vous passionne ?

Ecrit par Stéphane Torregrosa
Stéphane Torregrosa convertit vos défis marketing en opportunités avec des résultats mesurables. Il est consultant en Webmarketing, spécialisé en Inbound Marketing, conseiller en communication, blogueur et conférencier. Il vous accompagne dans la mise en place de votre stratégie Web, dans la création de contenu, pour donner de la visibilité à votre organisation. En ligne depuis 1996 et la distribution des premiers CD AOL dans les magazines informatiques, il ne s'est jamais vraiment déconnecté depuis ! Son papa lui a communiqué la passion des Comics Book, du dessin et de la photographie. Profile
La prison dorée de la zone de confort 1

La prison dorée de la zone de confort

Stéphane Torregrosa dans Leadership
  ·   2 min de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.