Prendre la parole en public est une situation à laquelle chaque entrepreneur est un jour confronté. Que ce soit en comité restreint, lors d’une conférence, ou encore au travers de webinaires ou podcasts, votre activité vous amènera régulièrement à vous présenter, à mettre en avant votre activité ou à éduquer clients et prospects.

parole-public-crainteNous sommes tous plus ou moins à l’aise à l’idée d’élever la voix devant un public. Certains sont même totalement angoissés, paralysés par la prise de parole publique. Gorge nouée, ventre serré, respiration difficile, sensation de mal-être sont les premiers symptômes du trac qui peut saisir l’orateur débutant.

Si votre blog et tout le contenu que vous produisez sont importants pour vous aider à gagner de la visibilité, il ne faut pas pour autant négliger les occasions que vous offre la vie réelle. Les événements live (conférences, séminaires, cours, formation, soirées réseau, ateliers, …) représentent une opportunité de nouer rapidement des contacts intéressants et de vous faire connaître en tant qu’expert.

Malheureusement, nous ne sommes pas tous égaux devant cet exercice et si l’aisance et la verve des uns pourra déconcerter les autres, il est tout de même possible de faire des progrès significatifs. Voici quelques points qui pourront vous permettre de vous améliorer à l’oral.

Développer un Pitch Elevator

L’Elevator Pitch, c’est se présenter, vous ou votre entreprise, de façon percutante en un laps de temps très court. Le nom vient du scénario qui a donné vie à cette technique. Imaginons que vous vous dirigiez vers l’ascenseur de votre hôtel et qu’entre en même temps que vous l’employeur ou le financeur de vos rêves les plus fous. Comment allez-vous tirer parti des quelques secondes / minutes à votre disposition pour lui donner envie de vous revoir ?

Obama-prise-parole-publicCette présentation doit être hyper efficace et vous démarquer de la majorité des prétendants rencontrés avant vous. Lorsque je travaille cette partie avec mes étudiants, la première présentation qu’ils proposent est souvent trop verbeuse, trop détaillée. Il est important d’aller droit au but. Ne cherchez pas à tout dire, vous n’y arriveriez pas de toute façon. L’essentiel est de donner envie à votre interlocuteur de vous connaitre davantage ou de découvrir votre projet. Laissez un peu de suspens afin qu’il ait envie de provoquer un vrai rendez-vous.

Cette présentation doit être courte : entre 30 secondes et une minute (souvenez-vous de l’ascenseur !) Présentez-vous de façon claire, mettez vos atouts et compétences (ou ceux de votre entreprise) en lumière sans paraitre présomptueux. Pour cela, focalisez moins sur ce que vous êtes et plus sur ce que vous pouvez apporter à votre interlocuteur. Enfin, soyez sur d’avoir un but bien précis dans votre présentation et que votre interlocuteur saura le percevoir. Que ce soit une collaboration, une entrevue, un entretien, un financement ou autre, l’objectif doit être clair.

Une fois ce Pitch établi, il vous servira partout ! Une soirée professionnelle ? Vous saurez vous présenter de façon claire et efficace. Une conférence ? Votre introduction est toute trouvée ! Une opportunité inespérée ? Sortez votre Pitch elevator ! Quand on sait que les premières minutes de notre présentation sont celles qui vont nous permettre de capter ou détourner l’attention de notre auditoire, il est important de les optimiser au maximum !

Capter l’attention de votre public dès les premières secondes

Il est important que les premières minutes de votre introduction attirent l’attention de votre auditoire. Il y a plusieurs façons de s’y prendre :

  • utiliser l’humour, si vous êtes doué pour ça !
  • faire une promesse sur le contenu de votre présentation. Assurez-vous qu’il s’agisse de quelque chose digne d’intéresser vos spectateurs, du genre : « Nous allons voir dans quelques minutes comment augmenter votre chiffre d’affaires de 30% en moins de 3 mois grâce à un levier auquel vous n’avez certainement jamais pensé ! »
  • être dynamique. Quelqu’un de passif aura endormi la salle aussi vite qu’il y sera rentré.

Votre attitude va également participer à l’intérêt que vous portera votre audience. Il y a plusieurs façons d’y arriver :

  • si vous n’êtes pas stressé, soyez vous-même. Adaptez votre attitude à votre public mais gardez votre personnalité. Le côté « vrai » est toujours apprécié.
  • soyez détendu. Rien n’est plus gênant pour l’auditoire que de sentir votre stress et vos difficultés. Il finit par se désintéresser de votre propos à cause de votre gêne qu’il ressent.
  • si vous êtes véritablement stressé, tentez de jouer un rôle. Je sais, cela va à l’encontre du premier point, pourtant ça marche. Cela vous permettra de réussir vos premières présentations et au fil du temps, vous serez plus à l’aise et vous pourrez redevenir vous-mêmes. Imaginez-vous dans la peau d’un orateur que vous appréciez. Imaginez comment il ferait la présentation à votre place, quel serait son langage corporel, le ton et le volume de sa voix, son attitude vis-à-vis des personnes en face de vous, etc. C’est une façon un peu amusante de repousser votre trac et qui se révèle plutôt efficace.

Filmez-vous

Je sais, il est très difficile de se regarder. Néanmoins, si vous craignez vos premières prises de paroles en public, je vous encourage à tenter l’expérience du webinaire ou des vidéos Youtube. L’intérêt, c’est que vous n’avez pas le public face à vous et que vous allez pouvoir prendre l’habitude de parler tout haut.

C’est un excellent entrainement. Le fait de vous écouter ensuite vous permettra de détecter d’éventuels tics de langage — nous en avons tous — et de les corriger s’ils sont trop gênants.

Préparez-vous !

C’est un conseil évident mais il est bon de le rappeler. Si la première peur de parler en public est liée au public lui-même, la seconde est celle de l’inconnu.

Vérifiez votre diaporama dix fois si nécessaire. Défile t-il comme vous le souhaitez, avez-vous tous les adaptateurs nécessaires (HDMI, VGA) pour parer à toutes les situations ? Je me souviens d’un cours dont les premières heures ont viré au cauchemar alors que mon MacBook plantait toutes les 10 minutes environ et que je m’entêtais à le faire fonctionner. J’ai su plus tard dans la matinée que le service technique pouvait me prêter un ordinateur portable pour la journée. J’aurais du me renseigner plus tôt.

Assurez-vous d’avoir également suffisamment de matière pour tenir la journée ou de ne pas en avoir trop et de terminer sur les chapeaux de roues. Soyez sur de votre contenu. Répétez votre présentation, juste pour vous-même et chronométrez-vous. Tout ce qui ne « coule » pas naturellement, éliminez-le !

Ne lisez pas votre diaporama

D’une part, cela vous pousserait à en écrire beaucoup trop sur votre diaporama. Or, chaque slide doit présenter une idée, et vous la développez à l’oral. Une des sources d’anxiété est de vouloir tout faire et tout dire parfaitement. Chaque mot. Détachez-vous de votre présentation.

Me concernant, mon fichier Powerpoint m’aide simplement à avoir la ligne directrice de mon cours. Ensuite, je n’écris rien et je connais suffisamment mon sujet pour ne pas l’apprendre par coeur. Et tant pis si je rate telle anecdote ou si j’oublie de mentionner tel sous-point. J’aurais dit l’essentiel quoiqu’il arrive et c’est le plus important.

Reposez-vous et mangez bien

Si vous avez de l’appréhension, couchez-vous de bonne heure et levez-vous tôt. Le matin répétez calmement, revoyez votre présentation sans aucune pression. Mangez suffisamment pour ne pas avoir de creux pendant votre présentation et pas trop pour éviter les soucis de digestion difficile.

Ne passez pas trop de temps sur votre sujet, juste quelques minutes pour vous remettre les idées en tête. Vous l’avez travaillée les jours passés, vous êtes prêt, tout va bien se passer !

Pour conclure

Je n’ai pas peur de parler en public et j’aime plutôt ça. J’ai eu l’opportunité de le faire dès l’adolescence, donc je suis rodé. Il m’arrive encore de ressentir du trac et généralement, c’est lorsque je ne me suis pas assez préparé ou que je ne connais pas mon sujet.

Néanmoins, une fois que je suis sous « les feux des projecteurs », l’adrénaline prend le dessus. J’essaie toujours d’avoir un certain équilibre dans ma préparation. J’ai remarqué que si je prépare trop, je manque de naturel. À l’inverse, si je me fais juste un chemin, un déroulé de ma conférence ou de mon cours, alors je suis plus à l’aise, des idées me viennent de façon naturelle et elles sont souvent meilleures que si je les avais préparées.

Trouvez donc votre rythme, votre façon de travailler, celle qui vous réussit. Alors prêt pour le grand oral ? Et vous, comment vous préparez-vous ? Quelles sont vos astuces, comment surmontez-vous vos craintes ou votre timidité ?

Share This

Un coup de pouce ?

Si l'article vous a plu, partagez-le !

Error: Please enter a valid email address

Error: Invalid email

Error: Please enter your first name

Error: Please enter your last name

Error: Please enter a username

Error: Please enter a password

Error: Please confirm your password

Error: Password and password confirmation do not match