Leadership

Sous le masque des apparences …

En société, nous portons tous des masques. À quel point définissent-ils notre identité ?

masque des apparences

Nous portons tous des masques, et, il vient un temps où on ne peut plus les retirer sans s’arracher la peau.

André Berthiaume

Par convention, nous portons tous des masques en société. Rares sont les personnes à être pleinement elles-mêmes, sans filtre, dès lors qu’elles se retrouvent accompagnées. Selon les gens qui nous accompagnent et le degré de confiance que nous leur accordons, nous nous permettons de nous afficher avec plus ou moins d’authenticité.

Pourtant, lorsque nous sommes enfants, nous nous montrons tels que nous sommes. Sans artifice. Et puis, assez vite, nous prenons conscience des usages du comportement en société. Si cela génère quelques résistances (souvent à l’adolescence), la plupart d’entre nous nous conformons au moule que façonne notre société.

Par politesse. Par convenance. Par envie d’être apprécié.

En tant que leader, quelle position faut-il prendre : la complète transparence ou le camouflage habile ?

Des relations faussées

Cette attitude schizophrène tend pourtant à créer des relations superficielles, sans fondement. Les fondations étant faussées, il y aura forcément une déception à un moment où à un autre.

On a tous déjà été surpris par la réaction inhabituelle d’une personne que l’on pensait pourtant bien connaitre. Quelqu’un d’habituellement très doux s’emporte et devient subitement extrêmement colérique par exemple. La douceur ressentie n’est parfois qu’une introversion excessive de sentiments négatifs. Ceux-ci sont renfloués jusqu’au trop plein qui génère une explosion, parfois violente.

N’est-il pas alors préférable de savoir dire ce qui ne va pas, quand ça ne va pas, plutôt que d’encaisser une somme de frustrations qui vous mènera tôt ou tard à la rupture ? Ce type de masque ne rend jamais service à celui qui le porte … ni à son entourage.

En tant que leader, il est indispensable que vous soyez en mesure d’exprimer ce qui ne va pas avec votre intelligence plutôt que d’attendre que vos émotions s’en chargent pour vous. Mais plus que cela, vous devez être en mesure d’entendre ce que les membres de votre équipe ne disent pas. Vous devez développer la sensibilité nécessaire pour pousser les “silencieux” à s’exprimer.

Nos failles, ces points de rencontre

Sous le masque des apparences … 1
Photo by Joey Nicotra on Unsplash

Par réflexe et instinct, nous avons tendance à nous montrer sous notre meilleur jour. Nous souhaitons tous mettre en avant combien nous sommes fort, intelligent, malin ou instruit.

Nous voulons impressionner, paraître important, cool et populaire. En somme, apparaitre comme le leader idéal.

Cependant, si vous souhaitez développer des relations profondes, montrez-vous sous votre vrai jour. Nous devons nous souvenir que ce qui nous connecte profondément aux autres, ce ne sont pas nos forces.

Nous ne connectons pas en portant un masque. Jamais. Pas dans la durée en tout cas.

On peut impressionner les gens avec nos forces, mais on connecte avec nos faiblesses.” Craig Groeschel

J’ai toujours trouvé Superman, l’homme d’acier et sans faille, beaucoup moins intéressant que Peter Parker (alias Spider-man) qui rencontre les mêmes soucis à payer ses factures, à trouver un équilibre dans sa vie que la plupart des gens.

Serez-vous de ces leaders qui ne laissent filtrer aucune faiblesse, qui portent un masque froid pour voiler un manque de confiance, ou de ceux qui prônent l’authenticité ?

Qui a t-il sous le masque ?

Au jeu des apparences, bien habile celui qui saura distinguer le vrai du faux. Si pour la plupart, nous avons tendance à nous réfugier derrière des masques afin d’embellir la réalité, il est important de prendre en considération ceux qui ont tendance à faire l’inverse.

Sous le masque des apparences … 2
Photo by sebastiaan stam on Unsplash

Au bal masqué ou à Halloween, on peut porter un costume de super héros ou bien celui d’un monstre hideux. Dans la réalité, c’est la même chose.

Mais pourquoi voudrait-on s’enlaidir ? Beaucoup de personnes blessées par des leaders difficiles (ou des parents, des relations, etc) se réfugient derrière une dureté ou un caractère amer.

Si au premier abord, on peut penser qu’elles font tout pour se faire détester, il ne s’agit souvent que d’une carapace et d’un véritable challenge pour le leader. Certains carapaces cachent des personnes véritablement intéressantes, fidèles et gentilles. Vous savez, c’est comme la crème brulée. Il faut casser la croute craquante pour tomber sur la texture fondante.

Il s’agit là de gagner la confiance et d’entamer une relation sur le long terme. Et c’est souvent ce que ces personnes recherchent.

Retenez cela : les personnes portant les plus beaux masques ne sont pas les plus jolies et inversement.

Ecrit par Stéphane Torregrosa
Stéphane Torregrosa convertit vos défis marketing en opportunités avec des résultats mesurables. Il est consultant en Webmarketing, spécialisé en Inbound Marketing, conseiller en communication, blogueur et conférencier. Il vous accompagne dans la mise en place de votre stratégie Web, dans la création de contenu, pour donner de la visibilité à votre organisation. En ligne depuis 1996 et la distribution des premiers CD AOL dans les magazines informatiques, il ne s'est jamais vraiment déconnecté depuis ! Son papa lui a communiqué la passion des Comics Book, du dessin et de la photographie. Profile
La prison dorée de la zone de confort 3

La prison dorée de la zone de confort

Stéphane Torregrosa dans Leadership
  ·   2 min de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.