marketing

Un contenu de qualité, c’est quoi exactement ? (et comment on s’y prend pour en créer ?)

Le SEO et le Content Marketing ont besoin d'un contenu de qualité. Mais c'est quoi précisément un contenu de...

Un contenu de qualité, c'est quoi exactement ? (et comment on s'y prend pour en créer ?) 1

Vous le lisez et l’entendez un peu partout. Pour être bien référencé, pour attirer des lecteurs, capturer des leads, il faut du contenu de qualité. Ok. Mais c’est quoi précisément du contenu de qualité ?

Un contenu de qualité constitue la base d’une solide stratégie de marketing de contenu. C’est sans doute l’élément le plus important pour que votre site soit classé dans les SERPs et pour attirer votre public cible.

Mais qu’est-ce que “contenu de qualité” signifie vraiment ? Comment les moteurs de recherche savent-ils que vous avez un bon contenu ? Quels sont leurs critères ? Comment déterminer si un visiteur prendra le temps de lire et s’engager avec votre contenu ?

Dans cet article, je vais partager avec vous les indices de qualité du contenu selon Google, comment déterminer si votre public s’engage avec votre contenu, et, évidemment, ce qu’il faut faire si ce n’est pas le cas.

Un contenu de qualité selon Google

Au cours des 15 dernières années, Google a affiné sa capacité à déterminer la qualité et la valeur d’un contenu, transformant radicalement la notion d’optimisation pour les moteurs de recherche. Il utilise une combinaison de bots d’exploration de sites et d’évaluateurs humains pour examiner les sites, juger de leur qualité et ainsi déterminer leur place dans les SERPS.

Tout d’abord, les robots de Google parcourent les sites en utilisant l’intelligence artificielle et la technologie sémantique pour déterminer la thématique d’une page et l’associer à un terme de recherche. Il y a des années, Google a cessé de faire correspondre les termes de recherche aux mots-clés d’une page, balayant d’un bloc les usages qui visaient à tricher sur la teneur du contenu par les apprentis référenceurs de l’époque. Grâce à la modélisation thématique (topic modeling), Google peut comprendre le sujet de votre page. Il s’agit d’une procédure compliquée qui consiste à analyser le texte pour identifier des relations entre les mots, expressions et le sens des mots pour mieux comprendre ce qui est réellement proposé au sein d’un contenu.

Ces bots parcourent également des liens vers le contenu connexe sur votre site, les liens sortants et les backlinks à partir d’autres sites. S’ils trouvent de bons liens, c’est un signal positif.

Les algorithmes de classement de Google ne sont pas parfaits et c’est là que les évaluateurs humains entrent en jeu. Leurs évaluations sont utilisées pour former et affiner les algorithmes de Google.

Google dispose d’un vaste document de 164 pages intitulé Search Quality Evaluator Guidelines. Il s’agit d’un ensemble de règles données à leurs évaluateurs afin qu’ils puissent déterminer quels sites contiennent du contenu de qualité et lesquels n’en contiennent pas (vous pourrez trouver une infographie en fin d’article qui recense les points cruciaux).

La définition d’un contenu de grande qualité selon Google varie selon le type de site qui l’héberge. Dans leurs lignes directrices, ils expliquent :

“Le but de la page vous aidera à déterminer ce qui devrait en faire un contenu de grande qualité. Par exemple, les pages d’information de haute qualité doivent être exactes, claires et complètes. Un contenu de boutique en ligne de haute qualité devrait permettre aux utilisateurs de trouver les produits qu’ils veulent et de les acheter facilement. L’humour ou la satire de haute qualité devraient être divertissants, tandis que l’exactitude factuelle n’est pas une exigence aussi longtemps que la page est facilement identifiable comme satire par les utilisateurs. “

Google utilise un système d’évaluation à cinq niveaux pour qualifier la qualité d’une page : très bas, bas, moyen, haut, très haut.

Il existe plusieurs normes techniques auxquelles votre site doit satisfaire pour obtenir une évaluation de haute qualité, comme les informations disponibles sur le propriétaire du site et la réputation du site ou du détenteur du site. Mais il y a aussi des normes de contenu importantes.

Il faut en quelque sorte deviner ces normes à partir des critères d’évaluation des évaluateurs, des pages d’aide de Google et de leur blog pour les webmasters. J’ai examiné ces trois sources pour établir ces points de repère.

1 – Le but de la page

Les évaluateurs examinent d’abord l’objectif réel de la page. S’il ne présente qu’un faible intérêt pour les utilisateurs ou ne fournit aucune aide, ou s’il répand des idées haineuses ou visant à faire du mal, il obtient la note la plus basse.

2 – Expertise, autorité, fiabilité (EAT – Expertise, Authoritativeness, Trustworthiness)

Les pages doivent présenter ces caractéristiques pour obtenir une évaluation positive de leur qualité. Le contenu fait preuve de sa fiabilité en étant rédigé par des experts ou en citant des sources spécialisées.

Notez que les gens ordinaires peuvent être considérés comme des experts à travers leur expérience de vie. Si vous avez un blog de voyage, par exemple, vos descriptions et conseils basés sur vos propres voyages sont considérés comme du contenu expert.

3 – Contenu original

Google recherche du contenu qui ne duplique rien de votre propre site ou d’autres sites. Evidemment, le duplicate content n’est pas intrinsèquement “mauvais”. Il y a parfois des raisons valables à son existence – la syndication de contenu étant l’une d’entre elles. C’est juste que Google n’a aucun intérêt à afficher du contenu en double dans ses résultats de recherche — et on peut le comprendre.

Donc, si votre stratégie de marketing est bâtie sur le contenu d’autres personnes, pensez à mettre un peu plus de budget pour vos efforts de création de contenu. Cela fera des merveilles pour le trafic organique !

4 – Du contenu bien écrit et bien édité

Le contenu doit être clair et grammaticalement correct, sans fautes de syntaxe ou d’orthographe. Il doit donner au lecteur l’impression qu’il a été rédigé pour lui et corrigé avec soin.

5 – Du contenu qui tient compte de l’intérêt et du besoin de l’utilisateur

Le contenu doit être pertinent pour votre auditoire. Il devrait s’adresser à leurs difficultés, à leurs questions et leurs besoins en tant que consommateurs.

6 – Un backlinking solide et des liens internes

Google recherche des backlinks de qualité sur d’autres sites. Cela signifie que vous devez attirer des liens depuis des sites fiables et reconnus. Vous pouvez pour cela proposer votre expertise et votre talent d’écriture à des sites reconnus.

Il est également utile de créer des liens internes vers du contenu connexe qui aidera à satisfaire les besoins de l’utilisateur. Cela aidera également Google à explorer votre site et à reconnaître la quantité et la qualité du contenu de votre site Web.

Enfin, notez qu’il n’y a aucune mention sur la longueur du contenu. Un bon contenu n’est pas défini par son nombre de mots. Essentiellement, Google est à la recherche d’un contenu significatif et utile pour le public cible.

En fait, dans l’un des articles du site de Google pour les webmasters, ils écrivent : “Notre conseil aux éditeurs reste de se concentrer sur la meilleure expérience utilisateur possible sur vos sites Web et de ne pas trop se concentrer sur ce qu’ils pensent constituer les algorithmes de classement ou signaux actuels de Google“.

Jetons donc un coup d’œil aux types de contenu que votre auditoire jugera qualitatif.

Un contenu de qualité adapté à votre public

Alors, comment savoir si le contenu que vous créez trouve un écho auprès de votre auditoire ? Il y a quelques méthodes que vous pouvez utiliser.

Les statistiques SEO

Google Analytics est un excellent point de départ. Il y a tellement de données, au-delà des pages vues, qui peuvent vous aider à comprendre comment votre contenu fonctionne.

Le type de contenu évalué influencera le type de mesures à examiner. Des données de base comme le temps passé sur la page, la profondeur de défilement (scroll depth), le taux de rebond et le nombre de pages par visite vous aideront à voir combien de temps les utilisateurs restent sur votre contenu, jusqu’où ils descendent dans la page qu’ils font défiler et s’ils continuent à consommer du contenu ou s’ils partent dès la fin de leur lecture.

Bien sur, vous pouvez (et devez) aller plus loin dans les possibilités offertes par Google Analytics. Vous pouvez rechercher des données très spécifiques sur votre audience pour vous assurer que votre contenu atteint sa cible.

Les réactions sur les réseaux sociaux

Suivez de près la façon dont les utilisateurs interagissent avec votre contenu sur les réseaux sociaux, ce que les gens partagent et quels articles de blog vous permettent d’obtenir des clics vers votre site ?

Taux de clics sur vos e-mails

De même, surveillez votre taux d’ouverture et de clics sur vos e-mails. Quels titres et thématiques ont incité les gens à ouvrir vos courriels, puis sur quels liens ont-ils cliqué pour aller plus loin. Ce sont les sujets qui intéressent votre audience.

Enquêtes

Et puis, il n’y pas plus direct que de demander à votre audience. Vous pouvez inclure un sondage dans votre prochain envoi emailing, via un bot automatisé sur Messenger ou dans votre prochain bulletin d’information selon où se trouve votre cible et ses habitudes. Vous devrez certainement fournir un incitatif pour engager votre communauté. Proposez à vos utilisateurs réguliers une série de questions spécifiques sur le contenu qui obtient le meilleur (et le pire) engagement.

Les signaux de qualité d’une page

Et si votre contenu n’entrait pas en résonance avec votre communauté ? Ce n’est pas nécessairement lié à votre thématique. Il pourrait s’agir de problèmes plus techniques sur votre site.

J’ai déjà mentionné plus haut la nécessité de présenter un contenu bien écrit et grammaticalement correct. Je ne saurais trop insister sur l’importance de relire votre contenu pour être sûr qu’il est propre. Si votre contenu contient des fautes d’orthographe ou d’autres soucis du genre, cela indique au lecteur que vous n’avez pas pris le temps d’écrire un contenu qualitatif. Et si vous vous êtes précipité dans le processus de rédaction et de révision, il y a de fortes chances que vous vous soyez précipité dans votre processus de vérification des faits (hé oui !).

Parmi les signaux de qualité d’une page, on compte la lisibilité de votre contenu, sa tonalité et l’expérience globale de l’utilisateur.

Le ton et le niveau de lisibilité de votre contenu doivent correspondre à votre public. Par exemple, si vous avez un site d’aide aux devoirs qui cible les enfants d’école primaire, votre contenu devrait correspondre à leur niveau de lecture, en utilisant des structures de phrases simples et un vocabulaire plus facile. Il devrait utiliser un ton léger, amusant et non condescendant.

qualité de contenu
Ecranlarge, un ratio pub trop important, un rédactionnel de qualité moyenne
et l’expérience est bien pire sur mobile.

Si votre site d’aide aux devoirs s’adresse à des lycéens, votre structure de phrase et votre syntaxe peuvent être plus complexes, et vous pouvez utiliser un vocabulaire plus élaboré. Votre ton est peut-être aussi plus sérieux.

Évitez à tout prix les liens brisés et faites attention aux liens internes. Votre contenu doit être facile à trouver, avec une navigation claire et une structure organisationnelle claire. Si les utilisateurs ne trouvent pas ce qu’ils cherchent, ils vont quitter votre site (ça nous est tous déjà arrivé n’est-ce pas ?)

Soyez particulièrement vigilant si votre site héberge des bannières de publicité. Celles-ci peuvent entamer l’expérience utilisateur. Les pop-up sont également un élément à utiliser avec modération. Combien de sites sur le webmarketing utilisent cette technique de façon outrageuse, au point que pour accéder au contenu il aura fallu cliquer sur deux boutons et rejeter l’offre du siècle sur un ebook tout à fait dispensable.

Et que dire de ces contenus (souvent People) où l’on vous donne un exemple par page, elle-même bourrée de publicités ? Il n’y a aucune raison de configurer la navigation de telle sorte que seules quelques lignes de texte s’affichent par page. La navigation est ainsi conçue uniquement pour afficher plus d’annonces publicitaires, pas pour améliorer l’expérience des visiteurs du site Web.

Autorité sur la thématique

La dernière pièce du puzzle pour l’évaluation d’un contenu de qualité est l’autorité sur la thématique. Les sites acquièrent une autorité thématique au fil du temps (parfois appelée autorité de domaine) lorsqu’ils ont couvert complètement et en profondeur les sujets qu’ils ont choisis.

Il existe quantité d’outils en ligne capable de vous aider à mesurer l’autorité de votre site ou d’une de vos pages. Une simple recherche Google vous donnera l’embarras du choix.

Un bon équilibre est de fournir un contenu dense dans son écriture. J’entends par là qu’il ne sert à rien de fournir un article de 4000 mots si plus de la moitié n’est que du bla-bla sans intérêt. Les créateurs de contenu sujets au bourrage de mots-clés sont enclins à recevoir de faibles scores !

Au niveau du site, vous pouvez créer une autorité thématique en couvrant chacun des sujets que vous avez choisis d’aborder avec une variété de contenus qui abordent le sujet sous différents angles. Tout d’abord, commencez par un article central (appelé article pilier) sur votre thématique. Ensuite, développez une série d’articles complémentaires et étoffez votre offre en bâtissant un maillage interne entre les différents articles.

Abordez le sujet sous tous les angles et offrez autant de contenus que possible dans une variété de formats. Cela indique à vos lecteurs et à Google que vous avez créé un contenu de qualité qui répond aux besoins de vos utilisateurs.

Un processus de rédaction de contenu fournissant un contenu de qualité adapté à votre cible comporte de multiples facettes et nécessite une planification minutieuse. Trouvez les sujets qui intéressent vos utilisateurs, couvrez-les complètement avec des articles bien documentés et bien écrits qui abordent tous les angles et vérifiez auprès de votre public qu’il trouve votre contenu utile.

Faites-le et vous n’aurez plus à vous soucier de ce que Google pense de vous. Avec un tel contenu, vous êtes déjà dans leur camp.

Ci-dessous, une infographie qui reprend quelques-uns des critères les plus pertinents et importants pour produire du contenu de haute qualité pour vos lecteurs … et pour Google !

Guide qualité critères SEO Google
Ecrit par Stéphane Torregrosa
Stéphane Torregrosa convertit vos défis marketing en opportunités avec des résultats mesurables. Il est consultant en Webmarketing, spécialisé en Inbound Marketing, conseiller en communication, blogueur et conférencier. Il vous accompagne dans la mise en place de votre stratégie Web, dans la création de contenu, pour donner de la visibilité à votre organisation. En ligne depuis 1996 et la distribution des premiers CD AOL dans les magazines informatiques, il ne s'est jamais vraiment déconnecté depuis ! Son papa lui a communiqué la passion des Comics Book, du dessin et de la photographie. Profile
Qu'est-ce que le marketing de contenu ? 3

Qu’est-ce que le marketing de contenu ?

Stéphane Torregrosa dans marketing
  ·   4 min de lecture

3 Réponses à “Un contenu de qualité, c’est quoi exactement ? (et comment on s’y prend pour en créer ?)”

  1. Maintenant que nous connaissons les aspects objectifs du contenu de qualité, reste-t-il quelque chose à faire au sujet de la subjectivité inhérente au contenu de «qualité»? Eh bien, pour le meilleur ou pour le pire, ce sera probablement toujours cela: subjectif. Mais en posant des fondations objectivement de haute qualité, vous pouvez vous amuser et expérimenter en sachant que sa qualité brillera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.